Avertir le modérateur

10/12/2008

United colors of relanceurs

Pour apprendre à relancer, regarde comment font tes voisins...

Papa, pourquoi je m'appelle Bénito? Euh....j'avais besoin d'argent!

La tache s'annonce rude pour le nouveau ministre préposé à la relance, Patrick Devedjian. Redynamiser l'économie nationale, restaurer la confiance, augmenter le pouvoir d'achat, il va en falloir des inititiatives pour réussir. Mais, à défaut d'idées nouvelles, le ministre peut toujours s'inspirer de ce qui se fait à l'étranger.

 

En Italie par exemple où un parti d'extrême droite propose 1500€ aux parents qui acceptent de prénommer leur enfant Benito (en référence à Mussolini). Brrr, c'est bon pour le pouvoir d'achat mais ça fait froid dans le dos. Allons voir ailleurs!

Pourquoi pas au Brésil où des politiciens se présentent sous le nom d'Obama aux élections (il y a "l'Obama du bidonville", "le Barack Obama de Belford Roxo", "Alexandre Obama"...). Ce serait une bonne idée pour restaurer la confiance perdue tant le nouveau président américain semble capable du meilleur aux yeux de la population. Bon, le problème, c'est que les élections ne sont pas demain. Allons voir ailleurs!

Direction les Etats-Unis! Là bas, un révérend organise des messes en faveur de l'industrie automobile. Des milliers de fidèles se réunissent autour de 4x4 et prient pour que les ventes de véhicules repartent. Voilà une idée géniale! Prions tous pour redynamiser l'économie! Seul hic, les croyants étant de moins en moins nombreux en France, la prière risque de ne pas fonctionner...

 

Finalement, en regardant les autres pays et leurs solutions désespérées, on constate qu'ils n'ont pas plus que nous des idées miraculeuses et que nous avons tous un point commun: on est dans la merde!

 

 

 

Commentaires

Si j'avais une fille demain je l'appellerai : €urope, on sait jamais............

Écrit par : Y de Val Croze | 10/12/2008

Moi si j'avais un garçon il se prénommerait : Yuan, c'est plus sûr !

Écrit par : glurps | 10/12/2008

Avec ma femme, on hésite entre Carlo et Nicolas si c un garçon et entre Nicole et Carla si c une fille, si avec ça il ne trouve pas un boulot auprès des grans patrons c à se désespérer

Écrit par : Philou | 10/12/2008

Philou attention !

Mauvais choix, lorsqu'il sera grand le petit, Nico et Carlita seront séparés depuis longtemps, mêlés à de nombreux scandales, probablement plus sur les couvertures de tabloïds.

Un prénom sera une carte de visite, le seul autorisé sur les CV pour éviter les amalgames, il faudra avoir un nom qui parle tout de suite.

L'écologie sera la seule valeur utile, choisissez : Margueritte ou un nom de fleur non transgénique.

La nostalgie de l'histoire comme paradis perdu ça marchera toujours : John F, mythe indestructible ou Adam ça va faire fureur.

La politique se durcit vous pouvez risquer : Adolph ou Joseph, mais c'est un pari !

Écrit par : Y de Val Croze | 12/12/2008

J'avais pensé à une autre stratégie: la supression de la pub sur la TV publique va créer un manque de supports publicitaires. Les marques vont donc offrir un pont d'or à ceux qui appeleront leurs enfants de leurs noms.

Afin d'anticiper, j'ai prévu d'appeler mon enfant Knorr ou Malabar si c'est un garçon et Babybel si c'est une fille...

Écrit par : Poninska | 15/12/2008

Pourquoi donc se casser la tête en choisissant des noms triviaux ou ayant ses prototypes littéraires ? Il faut donc savoir compiler la nature du succès et de la fortune dans tous les sens du mot. Forbes ou bien Forex regardent tout à fait encourageant.

Écrit par : Alex | 17/03/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu